La transplantation embryonnaire bovine

Qu'est-ce que c'est ?

La transplantation embryonnaire est une technique de reproduction qui permet d’augmenter le  nombre de descendants des meilleures femelles que vous avez choisies dans votre élevage. Le père des embryons est également un des meilleurs de la race.

Il en résulte que les produits issus de ces croisements sont en moyenne de haute valeur génétique.

De plus la gestation s’effectue sur les femelles les moins productives qui sont donc valorisées en tant que porteuse.

Comment procède-t-on ?

1. Mise en place d'un protocole.

2. Préparation des donneuses et receveuses.

3. Collecte et devenir des embryons.

1 - la mise en place d'un protocole

La programmation d’une opération de transplantation embryonnaire obéit à 2 contraintes :

  • Anticiper : il est préférable de nous contacter 2 mois avant la date souhaitée.

  • Intervenir sur des donneuses et receveuses en bonne santé.

2 - la préparation des donneuses et receveuses

  • Au cours de chaque cycle, un nombre important de follicules commence à se développer, mais un seul est suffisamment maturé pour permettre la libération d'un ovule fécondable. Le traitement de stimulation permet de "récupérer" les follicules qui auraient dû disparaître.

  • Le protocole complet nécessite des interventions pendant 3 à 5 semaines afin d'ajuster le traitement de superovulation à la période la plus favorable du cycle.

  • Parallèlement, un protocole de synchronisation est mis en place sur les futures receveuses pour que donneuse et receveuses manifestent l'oestrus en même temps. Seule la donneuse sera inséminée 2 fois à 12 heures d'intervalle.

3 - La collecte et le devenir des embryons

  • Les cornes utérines de la donneuse sont flushées 7 jours après son insémination; les embryons sont récupérés dans un filtre.

  • Les embryons sont recherchés au microscope et sélectionnés sur leur qualité (viabilité). Les "bons" embryons passent ensuite dans10 lavages successifs pour éliminer tout risque de transmission de maladie.

  • Ils sont alors prêts à être implantés sur une receveuse le jour même, ou à être congelés et stockés  en vue d'une utilisation ultérieure.

Le programme est-il compliqué à appliquer ?

Non, une ordonnance vous est fournie avec les dates et interventions à prévoir. Il suffit de  suivre les indications en vérifiant chaque jour si un traitement est prévu.


est-il préférable de collecter des génisses ou des vaches ?

  • Les vaches ont fait leurs preuves en production et morphologie. Elles ont donc un potentiel génétique plus fiable. Potentiellement, le meilleur progrès génétique est dans la dernière génération.

  • L'intérêt de la collecte de génisses réside dans l'accélération de ce progrès. Par contre leur production de lait ou de viande et leur morphologie restent à confirmer.

  • Une génisse peut être collectée dès qu'elle est bien cyclée (en général entre 10 et 14 mois). C'est sans danger pour sa croissance, sa mamelle et sa reproduction ultérieure dans la mesure où les règles de base du rationnement sont respectées.

  • De plus, si vous investissez dans une génisse, la collecte est la meilleure assurance génétique si elle vient à être accidentée.  

y a-t-il des conditions sanitaires particulières ?

  • L'état sanitaire du cheptel et des animaux en particulier peuvent interférer avec la production d'embryons, le taux de gestation ou la mortinatalité des veaux; un minimum de précautions est nécessaire.

  • Officiellement donneuses et receveuses doivent:

    • être issues d'un troupeau indemne de toute maladie réputée contagieuse : officiellement indemne de tuberculose, officiellement indemne ou indemne de brucellose, aucune manifestation clinique de leucose, paratuberculose, IBR, IPV, trichomonose/vibriose.

    • être négatives depuis un an : tuberculose, brucellose, leucose.

  • A cela nous ajouterons le conseil nécessaire vis-à-vis de certaines maladies éventuellement en circulation lente dans votre troupeau. Elles peuvent pénaliser les débouchés commerciaux en particulier lors de la vente d'un mâle dans un centre d'insémination. Si les vaccinations sont conseillées et/ou indispensables, il est nécessaire de respecter un délai minimum de 30 jours entre la dernière injection du vaccin et la collecte.

faut-il une alimentation particulière ?

La réussite en transfert d'embryon passe par un régime alimentaire bien adapté, qui peut permettre d'utiliser 80% des receveuses présentées alors que toutes les receveuses peuvent être refusées si l'alimentation est déséquilibrée.
 
Il n'y a pas une alimentation "miracle" mais différents régimes alimentaires peuvent être utilisés à condition de respecter les principes de base :

  • Ni trop ni trop peu,

  • Une bonne association énergie et azote,

  • Des fibres pour stimuler la rumination,

  • Des apports minéraux et vitaminiques cohérentsNous pouvons vous aider à adapter vos rations à partir des aliments dont vous disposez sur l'exploitation.

faut-il une conduite particulière de troupeau ?

La reproduction s'accommode mal des stress en tous genres. Il est donc préférable d'anticiper quelque peu une opération de transfert d'embryons. En particulier :

  • Les traitements,
  • Les vaccinations,
  • Les manipulations,
  • Les transitions alimentaires.

Toutes ces actions génératrices de stress doivent être organisées de manière à éviter tout stress dans les 30 jours qui précèdent la pose d'embryon et jusqu'à la confirmation de la gestation.

quand peut-on mettre en place un protocole de transplantation ?

Le succès en transplantation embryonnaire nécessite en premier lieu de n'intervenir que sur des femelles aptes à reproduire.

  • Les génisses doivent être bien cyclées.

  • La vaches doivent avoir extériorisé au moins une chaleur après vêlage. Les métrites doivent être détectées et guéries.

qui insémine la donneuse ?

  • La donneuse est inséminée par votre prestataire habituel.

  • Afin de tenir compte de l'étalement éventuel des ovulations, 2 inséminations sont pratiquées environ 12 et 24 heures après le début des chaleurs.

  • Si vous souhaitez conserver la possibilité de commercialiser les embryons ou transplanter ces embryons sur les receveuses dans un autre cheptel, l'utilisation de semences de taureaux agréés pour la monte publique est indispensable.

  • Cependant un taureau de votre élevage peut être utilisé en saillie ou en insémination dans la mesure où les embryons produits sont alors exclusivement utilisés dans le même cheptel.

quelles sont les suite de la transplantation embryonnaire ?

La donneuse :

  • Elle doit recevoir lors de la collecte ou dans les jours qui suivent une injection de prostaglandines pour qu'elle puisse reprendre un cycle normal. Dès son premier retour en chaleur, elle peut être fécondée avec de bonnes chances d'obtenir une gestation.

  • Si vous souhaitez obtenir d'autres embryons de votre donneuse, nous pouvons programmer une nouvelle collecte, le jour même de la récolte des embryons. Le délai est alors d'environ 5 semaines après la première récolte.

Les receveuses :

  • Les retours en chaleur sont surveillés et seules les receveuses qui extériorisent très nettement les chaleurs par l'acceptation du chevauchement et le chevauchement des congénères avec écoulement de glaires sont considérées comme non gestantes et peuvent alors être inséminées.

  • Si les chaleurs sont douteuses, il faut attendre le cycle suivant pour confirmer la gestation ou son absence. Un diagnostic de gestation peut être pratiqué par échographie 30 jours après le transfert.

En cas de problème, qui dois-je contacter ?

Pour toute question ou doute sur le programme qui vous est fourni ou sur le comportement de vos animaux, il est indispensable de nous contacter. Au moins l'un d'entre nous pourra vous conseiller, même le dimanche et les jours fériés. Il suffit de nous laisser un message sur notre répondeur et nous vous rappellerons pour éventuellement adapter le programme à la situation qui vous inquiète.

N'improvisez pas ! Les conséquences peuvent pénaliser le résultat.